Définition du chalot
Chalots en photo
Les articles


Le chalot, grenier à grains de l'est de la France.

Hérité du passé, le chalot est une dépendance de la ferme d'un petit territoire situé à la limite des VOSGES Méridionales et des VOSGES Saônoises.

Véritable coffre fort, cette annexe à la ferme, est utilisée comme grenier pour la conservation du grain, de l'alcool, de la nourriture et des trésors de la famille.

Plus de 300 chalots ont été répertoriés par l'association

"Le Pays du Chalot"

C'est une construction réalisée tout en bois. Sa structure en chêne est assemblée par tenons et mortaises, que l'on rempli par d'épaisses planches en sapin, ce qui permet à la construction d'ètre complètement démontable. La couverture de la caisse est composée d'une charpente en chêne recouverte de laves en grés. On le trouve à coté de la ferme, soit sur une cave, sous abri, accompagné d'une autre annexe ou sur vide sanitaire.



Aux confins de la Lorraine et de la Franche-Comté, le visiteur découvre un curieux petit bâtiment construit tout en bois

Le Chalot
"chello" en patois

 

 

Chalot construit sur une cave située à SAINT BRESSON


Chalot situé sur soue à cochon Les Champs LE VAL d'AJOL

Hérité du passé, le chalot fait partie des dépendances de la ferme des Vosges méridionales.

Utilisé comme grenier à grains de la ferme et comme coffre-fort de famille, le chalot accompagne toujours la ferme.Il se trouve principalement éloigné de quelques mètres de la ferme. La raison en est simple en cas d'incendie de la ferme, les récoltes et les richesses seront épargnées. C'est un archétype vernaculaire remarquable.

Comme les autres petits édifices qui gravitent autour du corps principal de la ferme, sa toiture en lave de grès, lui donne une allure imposante.

Qu'il soit construit sur un vide sanitaire, à quelques dizaines de décimètres du sol ou sur une cave, le plus souvent à demi-enterré ou intégré à un autre bâtiment, le chalot est toujours reconnaissable. Sous son bardage protecteur de planches en sapin, on découvre les assemblages spécifiques :

  • De l'ossature de l'unique pièce
  • De la caisse
  • De la charpente de sa toiture.

Détail d'un tenon et mortaise débouchant et fermé par une clavette ainsi que la charpente d'un chalot situé à RADDON et CHAPENDU

Elément d'une clé de voute de porte de grange , daté et utilisé comme plot en grés d'un chalot sur vide sanitaire.

La caisse :

La caisse est constituée d'une structure porteuse en chêne qui est assemblée par tenons et mortaises. L'aplomb est obtenu par un double chevillage. Le remplissage entre les montants de l'ossature sur les six faces, est assuré par d'épaisses planches de sapin rabotées, et rainurées.

Elles sont coulissées à force, dans la lumière et les feuillures pratiquées sur chacun des montants en chêne. Pour assurer l'étanchéité de la caisse, la dernière planche, taillée en V, est rentrée à force ; c'est la clé que l'on retrouve sur chacun des cotés de l'édifice .

Parois, plancher et plafond sont assemblés de la même façon. A l'exception de la porte d'accès aménagée dans l'axe du toit, les ouvertures sont inexistantes. Seules quelques trous ou percements dans la cloison de la façade, au dessus de la porte, permettent l'aération des céréales.

On trouve assez fréquemment les initiales du propriétaire ainsi que le millésime gravé sur la sablière haute, dans un cartouche sculpté et aménagé spécialement par le charpentier.

Montage d'une charpente de chalot (chalot point info d'AILLEVILLERS) par les meunuisiers de l'association.

La charpente:

La charpente que l'on peut dissocier de la caisse, repose directement sur les sablières horizontales ; chevêtre. Les montants de section 0,17 x 0,17, assemblés à mi-bois, forment un cadre rigide, et reçoivent en leurs milieux, les deux poinçons..

La toiture présente des débords importants, (1 mètre ) afin de protèger au maximum des intempéries le bas de la caisse. Sur les poinçons repose directement la panne faîtière.

Les chevrons en chêne (ou en sapin) sont chevillés sur les pannes tous les 80 centimètres. Ils reçoivent à leur tour la volige que recouvre une épaisse couche de laves en grès.

Parfois, sur un ou les deux cotés du chalot, dans le prolongement de la toiture, on trouve, un appentis. On le rencontre dans la plupart des cas sur la zone franc-comtoise. Il permet de ranger le petit matériel agricole, les outils du jardin et parfois abriter le rucher ou les clapiers.

Intérieur d'un chalot, on aperçoit les casiers à grains et les deux marches servant de coffre pour entreposer la farine.

 

On accède dans le bâtiment par l'unique porte équipée d'une imposante serrure ; C'est la seule partie métallique de la construction. Un étroit passage permet d'accéder entre les 7 casiers à grains ou "égeots" ou "alous" à blé, seigle, avoine, orge, ou comme autrefois, de sarrasin, et de millet.

Leurs dimensions varient suivant l'importance de la ferme entre 1 m à 1m30 de côté. (sur la photo c'est du blé)

Au fond du passage, se trouvent deux petits coffres couverts avec un abattant en forme de marches.

Le propriétaire y déposait ses effets et objets de valeurs personnels (argent, papiers de famille, bijoux ) ainsi que la farine, les semences à conserver etc...

Cette disposition permet d'avoir ainsi, un accès plus commode aux autres casiers, surtout quand ils sont presque vides. La graine est transvasée avec " le pugeot".

C'est un récipient muni d'un long manche, pour pouvoir atteindre le fond des casiers.(voir la photo ci-contre)

 

On aperçoit "le pugeot" déposé sur la graine

Il ne reste que les bombonnes d'alcool, le reste n'est que du matériel remisé

 

Sur le pourtour des cloisons, au-dessus des coffres, sont fixées les étagères sur lesquelles étaient entreposées les bonbonnes d'eau de vie, du kirsch, de la prune, ou de la mirabelle, la toile à battre, les pains à lever, les pots de graisse, de miel, ou de confiture, les fruits secs, et les "beuchons" (paniers à faire lever le pain).

Un patrimoine à conserver.

L'usage du grenier est largement répandu dans les sept communes du Pays du Chalot. 328 chalots y sont répertoriés dont plusieurs sont antérieurs au 17 ème siècle.

L'usage du grenier est cependant peu connu dans le restant de l'Est de la France.

La conservation des produits céréales se fait habituellement dans des coffres placés dans la grange ou au dessus du "charri ", pièce appelée "chambre haute".

Le plus ancien "chalot" répertorié est daté de l'année 1618 et se trouve sur la commune du Val d'Ajol (hameau de Outremont).

Ils peuvent aisément être démontés et déplacés au gré des successions. Ce mobilier pourtant commun, pouvait constituer une dot importante pour la mariée.

Voici le millésime du plus vieux chalot "1618" situé au VAL d'AJOL


RETOUR